Un logement sur six ne pourra pas augmenter son loyer dès août 2022

05/07/2022
Thumbnail [16x6]

16% des logements locatifs sont aujourd’hui classés en F et G. Autant de logements où le loyer sera gelé à compter du 25 août 2022.

 

Le réseau EX’IM a ainsi mené une étude sur 28 909 DPE transmis à l’Ademe. L’ensemble de ces DPE ont été réalisés par 22 agences au sein de son réseau, réparties en France. Tous ces DPE ont été réalisés selon la nouvelle formule entrée en vigueur au 1er juillet 2021.

 

Un logement sur six ne pourra pas augmenter son loyer dès août 2022

 

Dans l'échantillon, 16% des logements locatifs sont aujourd’hui classés en F (9,99%) et G (6,54%). Autant de logements où le loyer sera gelé à compter du 25 août 2022 : selon la loi Climat et résilience, le propriétaire doit justifier d’une classe énergétique E au minimum, s’il souhaite augmenter son loyer à partir d’août.

 

1% des logements déclarés non décents dès 2023

 

Bien avant la loi Climat et résilience, la loi Énergie et Climat de 2019 envisageait un critère de performance énergétique minimal pour les locations. Tout logement avec une consommation supérieure à 450 kWh.an.m² (en énergie finale, c’est essentiel) ne peut plus être loué. On parle ici des pires passoires énergétiques. Dans notre échantillon, ces logements extrêmement énergivores restent marginaux et pèsent à peine 1% ce qui représente un peu plus de 100.000 logements à l’échelle du parc locatif français…

6,5% des logements devront être rénovés avant 2025…

 

1er janvier 2025, tout ce qui a une étiquette G sera interdit à la location. Sur les 28 909 DPE réalisés par EX’IM, plus de 8% des logements sont aujourd’hui classés en G. Tous ne sont pas forcément destinés à la location, mais si on considère les DPE réalisés dans un contexte purement locatif, on s’aperçoit tout de même que 6,5% des logements devront être rénovés avant 2025.

 

Et 16% avant 2028

Rebelote en 2028, interdiction de louer un logement classé en F. Un logement sur dix aujourd’hui sur le marché locatif est concerné toujours selon notre échantillon. La rénovation a prévu d’accélérer, à partir de 2034, au tour de l’étiquette E. On s’attaque à un gros morceau puisqu’un logement sur quatre aujourd’hui est classé en E.

 

Seulement 3% des logements déjà dans les clous

 

La France veut un parc BBC pour 2050. Qu’il s’agisse du parc locatif, ou des biens occupés par leurs propriétaires. L’ambition est énorme car aujourd’hui, les étiquettes A et B qui correspondent souvent à des biens construits après 2012, restent extrêmement marginales : moins de 3,5% du parc.